HeartCraft, le coeur à l’ouvrage dans le 14ème bisounours

HeartCraft à l’ouvrage place Flora Tristan (photo YB)

Vous aimez les bacs à fleurs bleus de la Mairie de Paris ? Nous non plus ! Pourtant, ceux qui y regardent de plus près auront remarqué que certains d’entre eux sont ornés d’autocollants (de « sti-coeurs » plus exactement) qui sont l’oeuvre d’un street artist parisien très en vogue et très en cour à la Mairie du 14ème arrondissement de Paris. Nous avons interrompu HeartCraft dans son travail de collage place Flora Tristan pour qu’il nous explique les tenants et les aboutissants de sa démarche bisounours.

Amour, gloires et inclusivité

« L’amour au pouvoir ! », tel est le slogan d’HeartCraft dont la signature représente deux visages enlacés qui forment un cœur. Notre street artist, qui est un artiste urbain à tous les sens du terme, cultive la discrétion en collant ses oeuvres sous pseudo et en évitant le plus possible les photos de face. Il n’a pourtant rien d’un voyou ni même d’un vandale. Bien au contraire, il défend ardemment les valeurs en très nette perdition de tolérance et d’ouverture aux autres. Non sans un certain succès d’ailleurs puisqu’il a déjà plusieurs fois eu les honneurs du Figaro, de 20 Minutes et de quelques autres médias encore. Il a aussi la cote à la Mairie du 14ème arrondissement de Paris puisque Madame la Maire Carine Petit en est une grande fan, qui la première a « reposté » sur Instagram les oeuvres de l’artiste collées sur les fameuses jardinières bleues que ce dernier est très inspiré de vouloir artistiquement « customiser ». Il l’a déjà fait place Flora Tristan, place des Droits-de-l’Enfant (*), place Stéphane Hessel et rue Daguerre. Et consécration officielle, il s’est vu confier par la Mairie du 14ème, qui lui en a passé commande dans le cadre du mois parisien du handicap, la réalisation d’un « Mur Matisse » au 83 de la rue Pernety. Cela fait maintenant cinq ans qu’HeartCraft colle ses « sti-coeurs » un peu partout à Paris. Pour installer l’amour au pouvoir, il lui arrive de s’inspirer d’oeuvres d’art (tableau de Renoir, photo de Robert Doisneau, etc.), mais aussi de célébrités en devenir qu’il souhaiterait faire accéder au statut d’icônes artistiques de la même façon qu’Andy Warhol a immortalisé Marylin Monroe et Elvis Presley en en sérigraphiant les portraits . « J’ai essayé de trouver de nouveaux héros pour en faire des icônes d’aujourd’hui », nous dit HeartCraft. Ainsi en a-t-il été d’Amanda Gorman, poète et activiste américaine, de Barbara Butch, DJ queer assumant ses formes, ou bien des handisportifs Felix Streng, Bethany Hamilton et Théo Curin. Même s’il n’en avait pas vraiment conscience, l’inclusivité était dès l’origine au centre de sa démarche personnelle qui l’a vu décliner des coeurs « interraciaux et interreligieux ». « Je ne suis bien sûr pas le seul mais il faut bien reconnaître que nous ne sommes pas nombreux à travailler sur ces thématiques, à les revendiquer et à les disséminer un peu partout, fait observer HeartCraft. Le 14ème arrondissement de Carine Petit était sans aucun doute le terrain idoine pour y exercer ses talents.

(Sti-)coeur interconfessionnel de HeartCraft (photo YB)

Punk bisounours

Mais les bons sentiments sont-ils vraiment de l’essence de l’art urbain qui cultive volontiers la transgression ? Sont-ils compatibles avec l’âme punk et underground du street art ? « Tout dépend où l’on place le curseur de la violence et de la rébellion, nous répond HeartCraft qui n’a visiblement pas peur de casser les codes et d’évoluer hors des sentiers battus. Si je m’ingéniais à coller mes coeurs interraciaux dans certains quartiers de Paris, ça pourrait me poser de très sérieux problèmes. Idem pour mon coeur LGBT qui était systématiquement déchiré sur les bornes Autolib sur lesquelles je le plaçais. » La démarche du street artist a beau être dans l’absolu inclusive, tolérante et aimante, il n’en est pas moins parfois très mal compris. Et même s’il cherche à interpeller son public par la douceur, les coeurs qu’il dessine et colle dans la capitale restent en réalité très transgressifs pour certains auprès desquels son message d’amour ne passe pas toujours. « Un street artist très connu m’a très vertement rabroué au sujet de mon coeur représentant un juif portant une kippa embrassant une musulmane voilée, témoigne-t-il. Il m’a clairement dit que je n’avais pas à faire ça. » HeartCraft n’est par ailleurs pas toujours à l’aise pour s’exprimer à l’époque actuelle. Car il lui est aussi arrivé de se voir reprocher certaines de ses oeuvres au motif que ses origines et son vécu personnel ne lui permettaient pas de savoir de quoi il parlait. « J’y vois la conséquence du détournement de ce qu’on appelle aujourd’hui péjorativement le wokisme qui est pourtant à l’origine une pensée très intéressante en ce qu’elle appelle à l’éveil des consciences. Je suis pour ma part persuadé en tant qu’artiste et ancien comédien que, si on est ouvert à l’autre, on n’a pas besoin de vivre ses expériences pour pouvoir les comprendre et ressentir les injustices ou les discriminations qu’il a pu vivre – d’autant que j’ai également pu être discriminé dans ma vie personnelle. » HeartCraft est bien décidé à poursuivre sa route et contribue à sa façon à éveiller les consciences, notamment sur la question du handicap en collant des « sti-coeurs » représentant des athlètes paralympiques. Car il est profondément convaincu que ce qu’on ne montre pas n’existe pas. Un punk bisounours, ça n’existe pas, ça n’existe pas. Eh ! pourquoi pas ?

(*) « Sti-coeurs » aujourd’hui retirés.

« Mur Matisse » du 83 rue Pernety réalisé dans le cadre du mois parisien du handicap (photo de l’artiste)
Sti-coeur handisport, rue Daguerre (photo YB)
Sti-coeur Amanda Gorman, place Flora Tristan (photo YB)

3 réflexions au sujet de « HeartCraft, le coeur à l’ouvrage dans le 14ème bisounours »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.