La Maire et la Mairie de Paris bientôt taillées en pièce !

Après son mémorable score à l’élection présidentielle de 2022, beaucoup lui ont déjà taillé un costard, mais la pièce se faisait un peu attendre… Il a fallu qu’Attilio Maggiulli, le fondateur et directeur de la Comédie italienne, se fâche tout rouge à l’occasion du dernier coup dur qui a frappé son petit théâtre situé rue de la Gaité dans le 14ème arrondissement de Paris, pour que justice soit enfin rendue à Madame la Maire de Paris Anne Hidalgo qui sera dès début octobre prochain enfin à l’affiche dans la pièce intitulée Anne Hidalgo, reine des Bobos ! créée par le tempétueux homme de théâtre. Il nous a reçu dans son joli petit théâtre trois semaines avant la première de ce qui ne manquera pas d’être le succès de la rentrée pour les Quatorziens et tous les Parisiens amateurs de satire politique.

La démolition d’une jolie façade rococo bleu cyan et or

Cela fait des années que le théâtre de la Comédie italienne connait de graves difficultés financières consécutives à la disparition progressive des subventions qu’il recevait du ministère de la Culture, de la région Île-de-France, puis de la Ville de Paris. Evidemment, cela finit par taper un peu sur les nerfs… Gare à ceux qui se risquent à contrarier Attilio Maggiulli, le directeur du seul théâtre italien en France dédié, depuis 1974, à la commedia dell’arte ! L’enquiquineuse du moment est la société immobilière qui gère le syndic de copropriété de l’immeuble abritant le théâtre. Suite à une banale demande de ravalement, elle lui impose de démolir une partie de sa jolie façade qui existe depuis 1993 (primée en 1995 par Jacques Chirac alors Maire de Paris) au motif que les travaux de son installation auraient été réalisés sans autorisation préalable, ce que conteste l’homme de théâtre qui prétend avoir bénéficié d’un accord oral de la propriétaire de l’époque à son entrée dans les lieux. Et la Mairie de Paris cautionne cette démolition en ordonnant que la partie du premier étage décorée et louée par le théâtre revienne à son état d’origine. « Bien que la Mairie de Paris ait choisi notre façade pour illustrer La rue des Théâtres sur le site officiel de l’office du tourisme de Paris et ce depuis des années, elle a donné son accord pour sa destruction », déplore Attilio. « Comment ne pas voir dans cette décision une volonté de nuire à notre professionnalisme en nous privant de sa visibilité ?, poursuit-il sur le site internet de la Comédie italienne. Les Théâtres de la rue sont indignés ainsi que les Associations de spectateurs et plusieurs artistes de premier plan qui suivent depuis longtemps notre travail avec amitié et bienveillance. » Une pétition circule d’ailleurs (cliquez ici pour la signer), qui a en effet déjà réuni presque 25.000 signatures dont certaines sont des plus prestigieuses. De nombreux Quatorziens se sont de fait émus de cette démolition forcée et pas seulement au sein du conseil de quartier Montparnasse-Raspail qui est le conseil de quartier concerné par la rue de la Gaité. Pour enfoncer le couteau dans la plaie, le metteur en scène napolitain a beau jeu de rappeler que la rue des théâtres constitue un îlot culturel protégé en raison de la classification comme monuments historiques des tous proches Théâtre du Montparnasse et Théâtre de la Gaité. Même les membres du Comité d’Animation du Conseil de Quartier Pernety voisin se sont saisis de l’affaire en sollicitant l’avis éclairé (?) de l’élu de la Mairie du 14ème qui est l’élu référent du Quartier Montparnasse-Raspail. Ils n’ont à ce jour reçu aucune réponse à leur demande collective.

« Un pamphlet sur et non contre Hidalgo »

Mais depuis fort longtemps déjà, la Mairie de Paris ne répond plus de rien. Comment pourrait-il en être autrement avec le fantasque Attilio Maggiulli ? « Hidalgo détruit un théâtre… », « Touche pas Arlequin ! », « Ah Hidalgo ! Saccager un Théâtre dans la rue des Théâtres : il fallait le faire !, Ce n’est pas un crime, c’est une faute… », dénoncent pêle-mêle les affiches actuellement placardées sur la façade du théâtre du 19 rue de la Gaité. « Elle se fout de tout !, mais bientôt la pièce », peut-on également lire au-dessus d’une photo de Madame la Maire de Paris. Il fallait en effet nécessairement un exutoire à la rancoeur du metteur en scène formé à Turin par le grand Giorgio Strehler, qui soit à la hauteur de son talent. Alors il a écrit une pièce libératrice pour lui-même et dévastatrice pour mesdames Hidalgo et Petit qu’il tient pour responsables de ses déboires actuels.  « Pendant longtemps, nous avons monté des pièces qui n’allaient pas dans la direction qui convenait à la municipalité en place, nous affirme Attilio. Et c’est pourquoi on nous embête avec cette histoire de façade. La Mairie du 14ème, qui souhaiterait visiblement nous voir disparaître puisque qu’elle omet depuis au moins dix ans de mentionner dans son guide la Comédie italienne sur la liste des théâtres de la rue de la Gaité, est plus que ravie de l’aubaine… La seule façon pour Harlequin de se venger de ces vilénies était de créer un pamphlet sur Hidalgo ». C’est désormais chose faite ! « C’est un pamphlet sur et non contre Hidalgo », nous précise l’homme de théâtre. Car nous ne sommes nullement contre cette dame mais contre ses agissements et les idées farfelues et complètement anachroniques qu’elle peut défendre et qui touchent à la dimension historique de la ville de Paris. Lorsque l’on veut faire disparaître les fontaines Wallace, le marché aux fleurs de l’Île de la cité et les bouquinistes, c’est qu’il y a vraiment un problème. Sans parler de la saleté et de l’insécurité de plus en plus prégnantes et de l’inévitable hausse des impôts consécutive à l’accroissement considérable de la dette municipale qu’il faudra bien un jour rembourser en payant  pour les bêtises de cette dame et pour les décisions absurdes qu’elle a prises qui reflètent l’incompétence – ou parfois même l’ignorance – de son équipe. Dans notre 14ème arrondissement, poursuit Attilio, on a fait disparaître la Fondation Cartier-Bresson, bientôt la Fondation Cartier pour ne voir en contrepartie apparaître que les 30.000 m3 de béton sous l’avenue du Maine sur lesquels prospèreront Darty et Leclerc, sans mentionner la menace de bétonisation qui pèse sur l’ancien hôpital de La Rochefoucauld. Nous ferons donc également dans notre pièce une place d’honneur à Madame Petit, Maire du 14ème, qui d’ailleurs nous ignore complètement alors que M. Cherki avec lequel nous entretenions de cordiales relations nous avait très généreusement fait bénéficier d’une partie de son indemnité de parlementaire ». Nous n’en saurons pas beaucoup plus sur la pièce satirique sinon qu’elle est actuellement très activement répétée avant d’être jouée à partir du début du mois prochain sur la scène de la Comédie italienne. On espère quand même qu’elle ne fera pas trop bobo !

Cliquez ici pour accéder au site de la Comédie italienne et ici pour accéder à sa page Facebook.

Constance Malan : « J’écris bien quand je suis malheureuse ou amoureuse »

Constance au Square Alberto-Giacometti

Les poètes ne sont-ils que des plaisantins ? C’est ce que semble me suggérer Constance Malan qui a placé bien en évidence, au début de la pile de ses presque cinquante poèmes soigneusement imprimés sur format A4 et rangés dans une chemise cartonnée, un email envoyé par une amie intitulé « Jeux de mots » : « On  ne dit pas mon corridor, mais mon corps se repose. […] On ne dit pas jerrycan, mais je m’bidonne […] On ne dit pas un poète, mais un klaxon » […] ». A mi-chemin entre l’artiste revendiqué et le klaxon se trouve Constance qui habite la rue Léonidas dans le 14ème arrondissement de Paris depuis des années et qui écrit des poèmes depuis toujours au gré de ses humeurs et au fil de ses ruptures et de ses emballements sentimentaux. Rencontre au bar-restaurant Le Laurier.

Un journal intime et des poèmes retraçant la vie d’une grande amoureuse

Tous les textes qu’a écrits Constance Malan trouvent leur source dans son vécu personnel. Vers l’âge de treize ans, elle se décide à tenir un journal intime – qu’elle n’a jamais lâché depuis lors – pour exprimer son sentiment de solitude et raconter ses premiers émois amoureux contrariés par son jeune âge. « C’est en poursuivant ce projet de journal intime que je me suis arrêtée sur des phrases qui ressemblaient à des vers, se rappelle Constance. Son père, qui a créé une petite société d’édition en Irlande pour éditer ses propres nouvelles et traductions de Mark Twain et O. Henry, partage cet amour des mots et va lui mettre entre les mains de nombreux livres de poésie dont ceux de Supervielle qu’elle apprécie entre tous. Très bonne élève jusqu’en troisième avant de se laisser distraire par les garçons, elle apprend bien sûr aussi à l’école les poèmes de Baudelaire, Verlaine et Rimbaud dont elle approfondit un peu les oeuvres par elle-même. C’est en première année de faculté de sciences naturelles à Orsay, alors qu’elle n’arrive plus à suivre les cours de mathématiques en amphi, qu’elle écrit ses premiers poèmes sentimentaux inspirés par un jeune homme dont elle est amoureuse et qui seront plus tard édités par son père dans un recueil très sobrement intitulé Poèmes. « Je crois que je n’écris bien que lorsque je suis malheureuse ou lorsque je suis amoureuse, nous confie Constance. D’ailleurs, le reste du temps, je n’écris pas… ». En froid avec sa mère qui n’accepte pas qu’elle veuille assumer son désir physique d’amour, Constance se retrouve livrée à elle-même dès l’âge de dix-huit ans. Elle enchaine les expériences professionnelles en intérim à Palaiseau avant de trouver refuge rue de la Gaîté dans le 14ème arrondissement de Paris alors qu’elle travaille pour une agence de location de voitures Gare de Lyon. Mais ce ne sont jamais ses aventures professionnelles qui lui inspirent ses créations littéraires. « J’ai surtout écrit pour raconter mes ruptures sentimentales ou bien les premiers émois d’une relation amoureuse, nous dit Constance. Car quand on est amoureux, on n’a pas le temps de s’arrêter pour écrire, on vit ce qu’on est en train de vivre. C’est quand l’autre est parti et que l’on se retrouve seule qu’on essaie un peu de se consoler en se disant ses quatre vérités. » C’est donc plus de quarante ans de poésie écrite entre 1976 qui est l’année de ses dix-sept ans et 2020, des textes « lus et relus à la virgule près » et « tous retravaillés à peu près bien », qu’elle nous met aujourd’hui entre les mains. Un éditeur potentiel qui lui aussi les a parcourus a pu prétendre qu’ils correspondaient plus à des chansons (!) qu’à des poèmes. Jugez plutôt !  Voici le poème préféré de Constance :

Continuer la lecture de Constance Malan : « J’écris bien quand je suis malheureuse ou amoureuse »

Evelyne Bouëtel, amoureuse passionnée des mots

Evelyne, pilote d’avion : « Souvent, j’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot » (Balzac)

D’Evelyne Bouëtel et moi, qui est le plus amoureux ? Des mots, bien sûr ! Car Evelyne est en réalité pour moi une seconde maman, une marraine du Quartier à tout le moins. Elle repère les fautes d’orthographe et de syntaxe de mes articles et me permet de les corriger, elle me présente à de nouveaux personnages du Quartier pour les interviewer, elle me mâche le travail de rédaction de cet article en écrivant un texte bien plus intéressant dont vous ne pourrez bénéficier ici que de morceaux choisis, et elle va même jusqu’à m’affubler d’un nouveau nom : Tonneau Brouilly qui est l’anagramme exacte de Yann Boutouiller. Décidemment, on n’échappe pas à son destin ! Interview très poussée chez notre cher ami commun, Yves Marius André dit Gallas.

Itinéraire du dictionnaire Larousse à la page Facebook

Déjà toute petite, Evelyne Bouëtel aime les mots : la poésie, les dictées, l’orthographe et la grammaire. Elle n’est pas née avec une cuillère d’argent dans la bouche et aucun livre ne traine à la maison, juste un quotidien ça et là dont le peu enviable sort sera de finir dans les toilettes au fond du jardin. Les distractions sont rares : la radio qui diffuse ses feuilletons à l’heure du dîner, des airs d’accordéon le dimanche matin et, les jours de chance, les sketchs de Pierre Dac et de Francis Blanche. Internet n’existe pas encore quand on lui offre son premier dictionnaire Larousse à l’âge de dix ans pour son entrée en 6ème. Evelyne décide d’arrêter ses études très tôt. Après la mort de son père, le BEPC en poche, elle prépare un BEP de sténo-dactylo correspondancière qui lui fait saisir l’essence commune des mots et des signes. Elle quitte son village d’Echouboulains en Seine-et-Marne à l’âge de 17 ans aspirée par Paris qui offre du travail. La radio toujours lui fait découvrir Pierre Desproges et Raymond Devos, deux magiciens des mots et des jeux de mots. Après 20 ans passés dans le 20ème arrondissement, Evelyne atterrit un peu par hasard dans le 14ème où elle réside depuis aujourd’hui 30 ans quelque part entre l’impasse Florimont, la rue Hippolyte Maindron et la rue du Château, des lieux hantés par le souvenir de Georges Brassens, de Giacometti et des artistes surréalistes. Baignant dans le 14ème artistique, elle se familiarise bientôt avec les livres et se tourne naturellement vers les poètes, les linguistes et les lexicologues, mais aussi les photographes, les sculpteurs et les peintres. Elle écume les expositions et les concerts, et suscite des rencontres – y compris sur les réseaux sociaux par la grâce desquels Claude Duneton, le célèbre auteur de Parler Croquant et de La Puce à l’oreille, va entrer dans sa vie. Ayant lu plusieurs de ses ouvrages et s’étant régalée de ses chroniques dans Le Figaro, elle décide en effet de lui consacrer une page Facebook après en avoir obtenu son accord par l’entremise d’un de ses amis ardennais chroniqueur à L’Avenir. L’écrivain et historien du langage, qui est totalement étranger à l’univers de l’informatique et du numérique, est à la fois très heureux et amusé de cette initiative. Les deux amoureux des mots sont sur le point de se rencontrer dans le pied-à-terre parisien de l’écrivain quand ce dernier est hospitalisé à Lille avant de décéder en 2012.

Au salon « Facebouquins » de 2009 avec Edith

De continuelles rencontres autour des mots

Alexandre Vialatte,  l’écrivain et traducteur de Kafka qui est aussi chroniqueur à La Montagne, fait également partie du Panthéon personnel d’Evelyne qui s’intéresse par ailleurs beaucoup à la généalogie en écoutant assidument l’émission de Jean-Louis Beaucarnot, l’auteur de Laissons parler les noms, sur Europe 1. Sur Geneanet, elle découvre le dictionnaire des noms de famille de Jean Tosti, une passionnante étude de la signification des patronymes. Elle apprend à cette occasion que Bouëtel est d’origine bretonne et signifie « boiteux » ou, au choix, « gardien de boeufs » ! Grâce à internet et aux réseaux sociaux, elle fait la découverte de nouveaux endroits dans le 14ème arrondissement et alentour : Le Magique de Marc et Martine Havet rue de Gergovie et surtout le Forum Léo Ferré d’Ivry-sur-Seine qui promeut des artistes peu médiatisés tels Yvan Dautin, Louis Capart, Gilbert Laffaille ou bien encore Michel Bülher. Elle y croise un jour Anne Sylvestre en compagnie de Matthias Vincenot, un jeune poète très prolifique qui organise des soirées Poésies et Chansons à la Sorbonne et plusieurs autres manifestations à Paris et en province où se retrouvent de nombreux artistes de talent. Une autre fois, elle rencontre à l’occasion d’une lecture à L’Entrepôt Simone Hérault, la voix de la SNCF et l’une des voix de FIP qui a également fondé Lire Autrement, la Compagnie de lecture publique. Evelyne n’en délaisse pas pour autant la radio en restant une grande fidèle des Papous dans la tête, l’émission de France Culture animée par Françoise Treussard, et également des chroniques du lexicologue Jean Pruvost sur France Bleu qu’elle aime aussi retrouver sur le site internet du Figaro. En 2009, elle décide d’aller à la rencontre d’Edith qui a initié le premier salon Facebouquins et est l’auteure du dico des gros mots cachés dans les mots. Ce ne sont pourtant pas les gros mots qui sont ceux avec lesquels Evelyne aime le plus jouer. Elle leur en préfère d’autres comme « hirondelle » et, de même qu’Anne Sylvestre, « coquelicot » et « libellule ». A l’exclusion toutefois du mot « retraite » (dont l’anagramme est « artérite »…) quand bien même la retraite lui a fait découvrir les joies du Scrabble qu’elle pratique tous les jeudis à 14h30 à l’Espace Maindron dans le cadre du Club Seniors de l’association Florimont animé par Danièle Rack. Elle y joue depuis aujourd’hui cinq ans au sein d’un petit club d’amatrices très férues de ce pacifique divertissement. Et pour la seconde fois cette année, elle a participé à la Fête mondiale du jeu qui s’est déroulée Place de la Garenne en face du Moulin à Café. Un nécessaire exutoire après un très ennuyeux confinement pendant lequel Evelyne n’est pourtant pas restée inactive puisqu’elle s’est attelée à la création de grilles de mots casés pour différentes associations et également à la parodie de refrains de chansons et de fables de La Fontaine dont celle du Masque et du Corbeau qu’elle a conçue en observant de sa fenêtre un corbeau visiblement complètement fasciné par un masque accroché aux branches d’un arbre. Gare aux vers boiteux !

LE MASQUE ET LE CORBEAU

Dans ma cité, sur un arbre, haut perché,

Un Corbeau intrigué par un objet bleuté,

Tint ce langage, à peu près :

« Hé ! Bonjour bel objet, seriez-vous un Masque ?

Que vous êtes joli ! peut-être un peu fantasque…

Sans mentir, si votre dérapage  

Se rapporte à votre fuselage   

Vous êtes le champion de l’atterrissage . »

A ces mots le Masque répondit :

« Que nenni ! Ne vois-tu pas que je suis souillé

Que par la fenêtre on m’a jeté !

Et qu’aux branches, je me suis accroché ?

Pourrais-tu m’aider et me délivrer ? »

 Aussitôt, le Corbeau s’envola, peur d’être contaminé…

Et c’est ainsi que le Masque souillé

Resta accroché durant de longues années…

Moralité :

Bien que sur la boîte il soit écrit « jetable »

et que jeter par la fenêtre soit confortable…

Chez toi tu garderas virus et détritus

Ta poubelle tu sortiras, même si ça te semble saugrenu !

—–

à bon entendeur, salut ! 😉

Patrice Meynier : « Il faut toujours faire comme si les gens allaient devenir écrivain »

Les ateliers d’écriture sont légion dans le 14ème arrondissement de Paris. Quoi de plus normal quand on pense que notre arrondissement a abrité ce qui en fut leur lointain prédécesseur : l’atelier du 54 rue du Château, haut lieu du Surréalisme, dans lequel Prévert et ses amis auraient donné le nom de « cadavre exquis » au jeu des petits papiers ? Un siècle plus tard, les ateliers d’écriture font toujours recette. Nous avons rencontré au Losserand Café Patrice Meynier qui en fut un animateur à plein temps pendant vingt ans.

Moment de partage et de fraternisation

C’est à Paris-Ateliers, anciennement ADAC, que Patrice Meynier a exercé entre 1992 et 2012 son activité d’animateur d’ateliers d’écriture. Il a principalement officié en face du Forum104 de la rue de Vaugirard qui est un espace de rencontre culturel et spirituel animé par les Pères Maristes. « Je me suis retrouvé à pratiquer ma discipline en face d’un grand maître bouddhiste dont je partageais les mêmes horaires. Je ne sais pas qui a influencé qui », se rappelle-t-il avec humour. Il a bénéficié au préalable d’une formation dispensée par les Ateliers d’écriture Elisabeth Bing, une association pionnière du développement des ateliers d’écriture dans notre pays, qui est aujourd’hui fermée et dont il a longtemps été le seul animateur homme. C’est par l’intermédiaire de cette association qu’il a pu exercer ses talents d’animateur d’ateliers d’écriture au CNAM de Paris au contact d’ingénieurs, à l’Université Mohammed-V de Rabat au contact d’étudiants, mais aussi à la Prison de Bois d’Arcy pour des prisonniers ou bien encore chez Renault au bénéfice de salariés. Patrice est en réalité autant un animateur qui met en place les conditions d’une production qu’un formateur qui délivre un retour sur les textes produits en permettant leur modification et leur amélioration ultérieures. « Se contenter de seulement animer un atelier d’écriture n’est pas très compliqué puisqu’il suffit de s’inspirer de propositions dont on peut facilement trouver des exemples sur internet à défaut d’en inventer soi-même, nous précise l’animateur-formateur. La plus galvaudée d’entre elles est le Je me souviens de Georges Perec qui est un magnifique travail de l’écrivain mais sur lequel on peut bien sûr se casser les dents lorsqu’on s’y exerce. » Tout le monde peut d’ailleurs librement s’improviser animateur d’ateliers d’écriture puisque l’activité n’est pas réglementée même s’il en existe des formations universitaires à Strasbourg et à Aix-en-Provence. La formation qui fut un temps délivrée par les Ateliers d’écriture Elisabeth Bing reste malgré tout une référence dont le label constitue un gage de très grande qualité. « Ma conviction est néanmoins que l’on ne peut faire écrire que lorsqu’on écrit soi-même », nous confie Patrice. C’est pourquoi les meilleurs ateliers sont sans doute ceux des écrivains qui ouvrent le leur propre aux autres en essayant de transmettre leur questionnement et leur recherche sur l’écriture plutôt que délivrer un savoir-faire qui reste personnel et donc un peu arbitraire. » De fait, les ateliers d’écriture qui se tiennent par exemple chez Gallimard constituent de très appréciables compléments de salaire pour les écrivains qui ont du mal à vivre de leur plume mais ne donnent pas forcément à leurs participants un passeport pour être un jour publiés par cette prestigieuse maison d’édition… Car l’écriture est et restera une pratique de terrain, un questionnement et une recherche qui n’est pas susceptible de faire l’objet de cours délivrés ex cathedra. D’où la nécessaire posture de l’animateur délivrant ses propositions à ceux qui participent à ses ateliers. Tel un acteur qui joue un rôle qu’il s’est vu confier, il est le « pôle froid » de sessions pendant lesquelles s’échange beaucoup de chaleur humaine. Car les ateliers d’écriture bien conduits permettent à leurs participants de passer de très bons moments de partage d’expériences parfois intimes qui favorise la désinhibition de l’assistance et la fraternisation au delà des étiquettes sociales ou des clivages politiques. En plus de cet aspect humain que Patrice juge irremplaçable, l’exercice peut aussi amener certains à véritablement prendre goût à l’écriture et faire de cette activité une passion qui viendra habiter leur existence. « Certains finissent même par écrire des livres », nous assure-t-il. Elisabeth Bing nous donnait d’ailleurs pour exigeant précepte de toujours faire comme si les gens allaient devenir écrivain ».

Les très grandes potentialités des ateliers d’écriture

L’atelier d’écriture répond également à un désir d’expression de la sensibilité et de l’émotion qui a longtemps tout particulièrement pu concerner un public féminin dans la mesure où le désir des hommes se porte lui plus spécifiquement sur la maitrise des techniques de l’écriture. Enfin, de même que pratiquer un instrument de musique, il peut être vécu comme un simple loisir ou un divertissement qui peut, le cas échéant, déboucher sur la création artistique. Même s’il n’en vit plus professionnellement, Patrice est toujours actif dans le 14ème arrondissement dans le cadre d’ateliers d’écriture organisés au Château Ouvrier. C’est d’ailleurs à l’occasion d’un atelier d’écriture de chansons animé par Chantal Grimm au sein de son association des Ecrivants Chanteurs qu’il a rencontré une rédactrice-en-chef travaillant au Figaro qui lui a permis d’y faire un premier stage de rédacteur-réviseur et de commencer à apprendre sur le tas ce qui est devenu son métier actuel. L’utile s’est donc joint à l’agréable pour lui ouvrir les portes d’un secteur dont l’accès reste le plus souvent réservé à celles et ceux qui peuvent bénéficier d’un réseau relationnel personnel. Patrice fait maintenant partie depuis plus de quinze ans de l’équipe de correcteurs du prestigieux quotidien national français qui n’a pas encore fait l’économie de cette fonction back-office longtemps marquée par la culture anarcho-gauchiste des ouvriers réunis au sein du Syndicat du Livre CGT. Nombreuses sont les anecdotes sur les coulisses de l’univers de la presse qui ont de tous temps alimenté les fantasmes des écrivains en herbe. L’ancien animateur d’atelier d’écriture est lui même « écrivant » depuis plus de trente ans. Il a à son actif un roman non publié dont la rédaction lui a procuré énormément de plaisir et de nombreux textes courts et de chansons qui ont été mis et musique et interprétés par une bande d’amis qui se produit notamment à L’Atelier du Verbe, un petit théâtre de la rue Gassendi. Patrice a d’ailleurs gagné le prix d’un concours national de chansons grâce à un texte mis en musique par le pianiste du groupe breton Tri Yann. Ainsi fut créée Coq en toc (cliquez ici) qui lui assure la considérable estime de toute la basse-cour littéraire des Ecrivants Chanteurs du 14ème arrondissement de Paris… « Ecrire permet de bouger dans sa vie, d’apprendre quelque chose et même de donner sens à son existence, conclut Patrice. Car écrire nous fait tout simplement sentir vivant. Les ateliers d’écriture que j’ai préférés animer sont de loin ceux dont les participants ont retiré une utilité pour leur vie personnelle. Ceux-là m’ont rempli de joie et même si ce sentiment n’a été que fugace, il s’approchait sans doute du bonheur… ».
Cliquez ici pour lire les chroniques de Patrice Meynier sur Ventscontraires.net, la revue en ligne du Théâtre du Rond Point.

Hafid Aboulahyane, en crabe vers le 14ème arrondissement

Hafid Aboulahyane, un acteur-réalisateur qui a mangé du lion !, Place Denfert Rochereau (photo YB)

Le plus court chemin n’est pas toujours la ligne droite. Hafid Aboulahyane, le réalisateur et acteur principal du court métrage La marche des crabes, n’a aujourd’hui qu’une idée en tête : revenir habiter dans notre arrondissement de cinéma où il a déjà vécu entre 2010 et 2020. Nous l’avons rencontré à l’Osmoz Café, notre bar-restaurant et café-concert fétiche de la rue de l’Ouest pour faire le point sur son parcours et pour qu’il nous explique pourquoi il est resté si attaché au 14ème arrondissement.

Acteur, scénariste, réalisateur, producteur et… écrivain !

Après avoir grandi dans la cité des Ulis dans l’Essonne, Hafid Aboulahyane, également connu sous le nom de scène de Hafidgood, fait sa première incursion dans le monde du cinéma en 1995 en interprétant le rôle d’un élève de Gérard Depardieu dans le formidable film de Gérard Lauzier intitulé Le Plus Beau Métier du monde. Il tient par la suite quelques rôles mineurs dans le cinéma et la télévision (Navarro, Quai n° 1) où il occupe le plus souvent des emplois de « racaille ». Les propositions de rôles se faisant de plus en plus rares, il change son fusil d’épaule et devient scénariste. Son sujet (son rêve secret ?) : la candidature aux élections législatives d’un jeune de la cité ! Un très sympathique court métrage réalisé sur ce thème par Guy Bardin et intitulé Les temps changent sort en 2004 (cliquez ici). Hafid finit par créer sa propre société de production en 2005 qu’il baptisera Hafidgood Productions et dont l’objet est de « produire des courts métrages et des documentaires de jeunes talents issus de la banlieue ». Son premier film produit est un court métrage très abouti intitulé Le poids du silence (2005) réalisé par David Benmussa et dont il est le scénariste et acteur aux côtés de Jacques Weber (cliquez ici). Sortiront par la suite plusieurs autres courts métrages auxquels Hafid participera en tant qu’acteur, scénariste, réalisateur ou producteur, notamment La marche des crabes (2009) qui raconte l’histoire d’amour de Sammy, un jeune paraplégique qui rencontre la belle Sarah au cours d’un mariage. Le film fera partie des sélections officielles de plusieurs festivals cinématographiques français et internationaux. Après ce court métrage au titre prémonitoire, Hafid fait un nouveau pas de côté et se métamorphose en écrivain. A l’origine du roman intitulé 31 février qui va sortir chez Plon en 2014, il y a le scénario d’un long métrage sur lequel il travaille et qui raconte l’histoire de trois pieds nickelés désireux de s’enrichir dans l’immobilier au Maroc. Un producteur en vue s’y intéresse quelque temps et en rachète les droits avant de finalement annoncer à Hafid qu’il renonce au projet au motif qu’il ne bénéficie pas d’une notoriété cinématographique suffisante et qu’il n’est pas fait pour la comédie (!). « Ce projet qui m’a pris dix ans de ma vie m’a soudainement filé entre les doigts », se rappelle-t-il un brin amer. Il faut croire que notre scénariste n’a pas encore tous ses quartiers de noblesse pour pouvoir prétendre réaliser un film important dans le milieu très endogamique du cinéma… Mais il en fallait bien plus pour le décourager puisqu’il prépare aujourd’hui un nouveau projet de comédie en court métrage s’intitulant Un monde meilleur qui raconte l’histoire d’un couple mixte attendant un premier enfant qui n’est pas très enthousiaste à l’idée de faire ses premiers pas dans la vie. Figurent à l’affiche quelques acteurs connus dont Hafid ne nous dévoilera toutefois pas les noms. « C’est un préachat France 2 dont je suis très fier qu’il soit produit par Franck Carle qui dirige La Terre Tourne et qui a des convictions écologistes très affirmées », nous révèle Hafid. J’aimerais aussi à l’avenir, en plus de réaliser un premier long métrage, essayer de faire des choses dans le 14ème arrondissement de Paris. Je souhaiterais tout particulièrement monter une sorte de café associatif qui relierait les artistes et aussi les personnes âgées puisque c’est devenu l’une de mes préoccupations principales depuis un drame que j’ai vécu dans ma vie personnelle ».

Réinvestir le 14ème artistique et social

Si les contraintes de la vie professionnelle nous amènent à faire des pas de côté pour continuer à avancer sur notre chemin de connaissance, on peut aussi marcher en crabe dans sa vie personnelle – par exemple en changeant de domicile. Hafidgood a quitté le 14ème arrondissement en 2020 après y avoir vécu pendant dix ans. Pourtant, ce ne sont pas les mêmes « vibes » qu’il ressent à Ménilmontant où il a emménagé. « Je pensais que j’allais m’épanouir dans le 20ème car Ménilmontant est également un quartier sympathique et vivant, mais je me suis rendu compte que je ne suis plus dans le tempo de ce rythme là, nous confie le réalisateur. Sans doute parce que j’ai pris un peu d’âge et que cela m’a amené à faire quelques bilans personnels, je lui préfère le côté discret, tranquille et villageois du 14ème qui agit aujourd’hui sur moi comme un aimant. Je suis véritablement tombé amoureux de cet arrondissement qui a une très forte identité artistique et une véritable tradition de cinéma. J’ai plein de connexions ici : des réalisateurs mais également plein d’autres artistes, notamment des peintres qui m’ont ouvert les portes de leur atelier. Je suis en train de tout faire pour essayer de revenir car je kiffe énormément le Quartier Pernety, la rue de la Gaîté, la rue Daguerre, la rue Didot, etc. Je m’y sens complètement dans mon élément et je voudrais m’y investir pour m’y rendre utile à quelque chose ». Hafid se souvient avec nostalgie de son arrivée il y a 12 ans rue Bardinet dans l’arrondissement de Brassens et de tant d’autres immenses artistes. Il est aujourd’hui persuadé qu’il ne quittera plus cet arrondissement de Paris une fois qu’il y sera revenu et qu’il y finira ses vieux jours. « J’ai vraiment le feeling avec le 14ème que j’ai sillonné de long en large et j’ai envie d’y faire des tas de choses aussi bien au niveau artistique qu’au niveau social qui sont deux niveaux que j’ai envie de mêler étroitement – avec également un angle particulier sur les personnes âgées, poursuit avec enthousiasme Hafid. J’ai pour projet précis de créer une association qui dénonce et combat le harcèlement moral au travail au travers d’ateliers artistiques d’improvisation, de vidéo et de cinéma, en faisant intervenir des gens qui raconteraient leurs expériences personnelles ». Nous ne doutons pas que notre très sympathique Quatorzien de coeur saura se faire accepter et coopter dans l’arrondissement inclusif en diable de Mme la Maire Carine Petit !

Bernard Zitoune, alias Big Joe, la mémoire rock’n roll du 14ème (*)

Avec Christophe à « Vivre FM »

Les papys du rock font toujours recette, preuve en est le concert des Rolling Stones prévu dans quelques jours à Paris. Bernard Zitoune, alias Big Joe, a croisé les plus grands jazzmen et rockers français et internationaux tout au long de sa carrière de DJ et d’animateur radio. Il a également tous les samedis pendant 15 ans fait swinguer les Quatorziens à l’occasion de bals organisés à la Mairie Annexe du 14ème arrondissement de Paris. Nous l’avons écouté évoquer ses souvenirs à son domicile de la rue Didot et pu constater qu’il reste un homme toujours très désireux de refaire chauffer ses platines.

Les rencontres déterminantes d’une vie très rock’n roll

La vie de Bernard Zitoune qui va aujourd’hui sur ses 80 ans ressemble à un roman d’aventures. Ce Kabyle natif de Tizi Ouzou en Algérie débarque en France en 1958 et y bénéficie du statut de pupille de la Nation au titre des actes de bravoure de son père très engagé dans la Résistance. Il ne goûte guère les méthodes d’enseignement des jésuites qui dirigent le centre de redressement où il a été placé et s’en échappe dès l’âge de 14 ans. C’est l’occasion pour lui de croiser Jacques Prévert et un ami de Boris Vian du nom de François Postif qui le prend sous son aile et va déterminer la suite de sa vie. Traducteur de Mark Twain, de Jack London et d’Agatha Christie, cet intellectuel de haut vol a également pour titre de gloire d’avoir réussi à faire se produire à L’Olympia Bill Haley et Brenda Lee. C’est par son intermédiaire que son protégé parviendra des années plus tard à interviewer Chuck Berry, Fats Domino et Jerry Lee Lewis. Bien avant cela, Bernard fut un  adolescent plutôt rebelle puisqu’il fit partie du groupe Les démons du 13ème, une bande de blousons noirs du 13ème arrondissement de Paris qui eut souvent maille à partir avec la « bande de la Trinité » composée de Jacques Dutronc, qu’on appelait « Charlot » à cause de ses lunettes à double-foyer, Claude Moine, futur Eddy Mitchel, et, last but not least, Jean-Philippe Smet, futur Johnny Halliday. Formé à la musique par un vieux DJ qui lui apprend à coups de tapes sur les doigts à caler les disques vinyles, Bernard devient lui-même DJ et se produit au Rex, au Memphis et à l’Entrepôt. Une impresario travaillant pour CNN le repère et lui donne l’occasion de travailler à Atlanta aux Etats Unis. Bernard aura également l’occasion de faire chauffer ses platines en Italie et en Angleterre. C’est en 1970 qu’il s’installe définitivement dans le 14ème arrondissement de Paris. Il y fonde avec son ami Jean-Marc Marceau, alias Jumpy, l’association Rock and Roll Revue qui publiera un magazine tiré à 1200 exemplaires diffusé dans le monde entier entre 1997 et 2017. Pierre Castagnou, Maire du 14ème, lui confie par ailleurs l’animation des bals qui se tiennent tous les samedis à la Mairie Annexe. Il y officie pendant 15 longues années en parallèle de ses activités d’animateur radio sur Vivre FM, TSF et Radio Beur et de plusieurs passages télé dont une émission sur M6 qui vient couronner son activisme rock’n roll. En témoignage de sa passion jamais démentie pour la musique jazz et rock, Big Joe a conservé dans une des pièces de son appartement toute une collection de disques et de vidéos qui constituent autant de formidables souvenirs de sa vie passée. Dans un coin somnole sagement une table de mixage qu’il aimerait beaucoup pouvoir à nouveau réveiller. La Mairie Annexe ou Le Moulin à Café n’étant plus aujourd’hui que de lointains souvenirs, nous promettons à Bernard de le mettre en relation avec des bar-concerts du 14ème de notre connaissance. Pour nous remercier, le vieux rocker nous met entre les mains un exemplaire de la Rock and Roll Revue et un CD de Country & Rockabilly Classics. Bien mieux qu’un billet pour le concert des Stones !

Cliquez ici pour accéder à la page Facebook de Bernard « Big Joe » Zitoune. Vous pouvez par ce biais lui adresser une demande pour devenir membre du groupe Facebook Cinéma et Musiques des Années 40 aux Années 60 qu’il alimente.

La Mairie Annexe du XIVème en pleine effervescence rock’n roll
Avec feu Pierre Castagnou, Maire du 14ème arrondissement

(*) Bernard Zitoune alias « Big Joe » s’est malheureusement éteint le 8 août 2022. Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille.

Bruno Sauteron, un médecin rattrapé par son rêve humanitaire

« On n’échappe à rien pas même à ses fuites », chante Jean-Jacques Goldman dans On ira. Bruno Sauteron y est allé, lui : sept mois en mission au Burundi pour Médecins Sans Frontières il y a tout juste vingt ans. Le médecin généraliste qui a son cabinet aux limites des 14ème et 15ème arrondissements de Paris revient sur cette expérience fondatrice de son engagement professionnel dans un livre publié aux Editions L’Harmattan. Nous avons lu Une saison à Makamba et pu interviewer son auteur.

Le parfum et les couleurs de l’aventure

En 2002, Bruno Sauteron, qui n’est pas encore « Docteur Sauteron » mais un jeune infirmier de vingt cinq ans qui a déjà passé deux ans dans les blocs opératoires parisiens, a des rêves d’aventure et d’engagement au service des plus démunis plein la tête. Après avoir poussé en vain les portes d’Action Contre la Faim et de Médecins du Monde, il est finalement recruté par Médecins Sans Frontières qui recherche un infirmier de bloc opératoire dans le cadre d’une mission chirurgicale au Burundi. Le petit pays d’Afrique de l’Est qui partage sa frontière du nord avec le Rwanda où a eu lieu huit ans auparavant le terrible génocide des Tutsi par les Hutu est alors en pleine guerre civile. Une saison à Makamba raconte par le menu l’expérience vécue par Bruno, du départ de Roissy au retour au pays sept mois plus tard. On y croise le Dr Jean-Hervé Bradol, le président de la section française de MSF, avec lequel Bruno aura le privilège d’effectuer une partie de son voyage aller, mais aussi et surtout ses collègues de mission à l’hôpital de Makamba et bien sûr les patients locaux qu’il sera amenés à soigner. On y mesure le décalage existant entre la médecine occidentale et la médecine humanitaire dans un pays en guerre où la perception de la maladie et de la vie en général n’est pas du tout la même. Les anecdotes se succèdent tout au long du récit constitué de 46 courts chapitres très dépaysants. Il a fallu à Bruno ne pas se laisser intimider lorsque qu’il constate à son arrivée à la maison MSF qui l’héberge qu’un mur a été criblé de balles… Quand aux maladies soignées, elles sont bien sûr très différentes en Europe et en Afrique où prévalent les maladies infectieuses au premier rang desquelles le paludisme, le VIH, la tuberculose et également la malnutrition qui est le premier problème rencontré par les enfants. Il lui est même arrivé de soigner, avec grand succès !, un homme mordu par un crocodile et, avec malheureusement moins de succès, un homme tombé d’un avocatier. Le rapport aux soins paraitrait également bien « exotique » à un Français bénéficiant de la Sécurité Sociale dans un pays où les patients peuvent aller jusqu’à vendre leur maison voire s’endetter à l’échelle d’une vie, ou pire transmettre leur dette à leurs enfants, pour arriver à les payer. Même si MSF a pour principe de soigner tout le monde gratuitement en fournissant à titre gracieux médicaments et personnels, la réalité du Burundi est bien différente, dont les hôpitaux peuvent garder prisonniers les patients non solvables tant que leur dette n’a pas été acquittée par leur entourage…

« To be or not toubib »

Bruno Sauteron parvient à nous émouvoir au récit des souffrances de Jeanne, la jeune femme de vingt ans qui va mourir du SIDA, et à nous faire rire de bon coeur à l’évocation des « pitoyables efforts » déployés par l’équipe médicale pour reproduire les chorégraphies locales que maîtrisent déjà très bien les enfants de l’orphelinat, lors de goûters géants organisés à la maison MSF. On comprend qu’il ait pu laisser une partie de lui-même à Makamba, quels que soient les risques qu’il ait pu prendre à l’occasion de cette mission. Dans « To be or not toubib », l’avant-dernier chapitre de son livre, Bruno revit les tiraillements qui ont été les siens au terme de sa mission humanitaire au Burundi : « Je savais que je ne serais jamais à même de consulter par moi-même si je suivais la voie humanitaire. Et surtout toute cette belle expérience n’aurait de valeur que dans le monde de la médecine humanitaire. Dès lors que je rentrerai à Paris, telle Cendrillon perdant ses beaux habits, je retrouverai la condition d’un infirmier lambda, sans aucune considération pour les postes à responsabilité occupés et toute l’expérience acquise. Il aurait fallu faire le pari que MSF me plairait encore trente ans après, choisir définitivement une carrière centrée sur l’étranger dans des conditions difficiles. Devenir dans la durée « un homme aux semelles de vents » ». Encouragé par ses parents, Bruno choisira finalement de se réinscrire en médecine pour devenir médecin généraliste. Pourtant, vingt ans plus tard, qui est vraiment l’homme sérieux et respectable assis derrière le bureau de son cabinet du quatorzième arrondissement ? Quel aventurier se cache derrière le professionnel qui vous rappelle (gentiment) que vous êtes priés de porter votre masque pendant la consultation ? On le devine un peu nostalgique de ses aventures passées même s’il admet avoir grand peine à envisager repartir aujourd’hui en Haïti ou en Ukraine. « On ne peut pas avoir toutes les vies ! », nous lâche-t-il en guise de conclusion. « On n’échappe à rien pas même à ses fuites ». La preuve : un livre !

Une saison à Makamba, récit d’une mission au Burundi avec Médecins Sans Frontières, aux Editions L’Harmattan dans la collection Ecrire l’Afrique, 149 pages, 16 euros (cliquez ici pour commander le livre).

Yves André dit Gallas, le Trouvetou du quotidien

Comment trouver une bonne idée d’article ? Fort heureusement, nous bénéficions aujourd’hui de l’aide de quelques anges gardiens, parrains ou marraines du Quartier, pour nous guider vers les plus sympathiques et atypiques personnages qui le peuplent. Ainsi avons-nous été mis sur la piste d’Yves André dit Gallas, un créateur d’objets de la vie quotidienne qui a déjà eu les honneurs de nombreux médias télé à raison des inventions auxquelles il a su donner corps. Rencontre au bar-restaurant Le Laurier.

La première lumineuse idée de la Tour Eiffel

Adolescent, Yves était fasciné par les jeux de lumière. C’est cette passion qui a mené ce Versaillais tout juste diplômé en électro-technique à pousser un jour la porte du Casino de Paris pour proposer ses services comme éclairagiste de music hall. Pendant trois ans, il va apporter sa note personnelle aux revues menées par Line Renaud en caressant les corps des danseuses nues de ses effets de lumière. Dissuadé de persévérer dans cette voie par son entourage familial, il fera finalement carrière comme spécialiste de l’environnement informatique chez Bull, puis Digital Equipment Corporation devenu par la suite HP. En 2000, Yves saisit l’offre de départ qui lui est faite pour devenir un court instant importateur de produits québécois. Une nuit de 2001, alors qu’il contemple la Tour Eiffel qui scintille, surgit soudainement l’idée du créateur : un pins lumineux représentant la Dame de fer. Yves va le faire fabriquer en grande quantité en Chine grâce à une chinoise rencontrée par l’intermédiaire d’amis hong-kongais. « J’ai vraiment cru à mon produit, se rappelle-t-il. C’était un beau produit, un pins en forme de Tour Eiffel qui scintille grâce à un système de Micro-LED, que je proposais à un prix acceptable et que j’ai présenté dans un premier temps sans succès aux boutiques de la Tour Eiffel – les Relais H du Groupe Lagardère –  jusqu’à ce qu’une dame chargée de la gestion de ces boutiques y croit elle aussi et décide de lui donner une chance ». Belle intuition car le succès est au rendez-vous auprès des touristes aussi bien dans les boutiques de la Tour Eiffel que dans les magasins de souvenirs parisiens qu’Yves prend soin de soigneusement sélectionner en décidant de n’en alimenter qu’un seul par zone touristique. La gérante de la boutique de la rue Mouffetard lui présente l’adjointe chargée du tourisme du Maire de Paris Bertrand Delanoë, qui tombe littéralement amoureuse du produit et lui fait faire le tour du monde à l’occasion de la préparation de la candidature de la Ville de Paris aux Jeux Olympiques de 2012. De quoi alimenter la production de pins pendant trois ou quatre ans jusqu’à ce qu’Yves se fasse « voler son idée » par des concurrents chinois qui décident de la répliquer en produisant un modèle bas de gamme et bon marché qui sera largement diffusé dans les boutiques de souvenirs parisiennes, y compris dans celles auxquelles l’inventeur avait donné l’exclusivité de la distribution de sa création. Se sentant trahi, Yves prend alors la décision d’arrêter la production de pins et ne reviendra pas sur celle-ci lorsque, comme prévisible, les ventes du produit chinois s’effondreront quelques mois après son lancement.

ClipHop et TopCan

Toucher le fond du trou financier au moment de la crise de 2007-2008 ne décourage nullement notre inventeur qui va repartir de l’avant avec des idées de nouvelles inventions. D’où lui viennent-elles ? « Ce sont juste des situations et des circonstances qui font que, nous révèle Yves. J’ai inventé Top Can, mon bouchon pour canette, parce qu’un jour j’ai renversé ma canette par terre. Quand à ClipHop, mon système de fermeture pour sachets, je l’ai inventé pour résoudre une problématique du quotidien : trouver autre chose qu’une épingle à linge ou bien des élastiques pour refermer les sachets d’aliments. Ce sont en fait des problématiques toutes simples que je veux régler par moi-même. Après, je fonctionne aussi par association d’idées. Pour le système à crémaillère de ClipHop, j’ai trouvé mon inspiration dans une paire de menottes que m’a offert un ami policier pour mon anniversaire. J’ai trouvé ça rigolo ! » Les inventions d’Yves répondent le plus souvent à un besoin de la vie courante, et c’est ce qui le rend si sympathique à ses clients-acheteurs qu’il rencontre sur les foires dont celle de Paris qui abrite le concours Lépine dont il a remporté la médaille d’or en 2015 dans la catégorie des produits du quotidien. C’est un véritable spectacle de voir l’inventeur et fils de maraîchers se démener dans son stand de quatre mètres carrés tout à la fois à l’assaut et à l’écoute de ses clients qui ne manquent pas de lui faire des retours sur ses produits dont il va se servir pour les faire évoluer en permanence. « J’ai toujours adoré le contact avec les gens, que je retrouve quand je fais mes foires, nous explique Yves. Et je crois que les gens ressentent le plaisir que j’éprouve à faire mes trois cent démonstrations par jour car je ne lâche absolument rien. Ils me félicitent pour mes produits et sont tous très contents du spectacle que je leur offre car je les y fais participer. Quand on fait participer les gens, le chemin de la vente est déjà à moitié fait. D’autant que je suis personnellement incapable de vendre un produit que les gens ne vont pas utiliser : je tiens absolument à ce qu’ils sachent l’utiliser et à ce qu’ils l’utilisent ». A la fois créateur et showman, Yves exprime son identité étouffée d’artiste à travers ses inventions et leur diffusion dans le public. « Les inventeurs ont un pied dans le système et un pied hors du système, considère-t-il. Nous sommes tous un peu rêveurs, nous sommes tous un peu des marginaux quand même ». Il convient néanmoins de garder les pieds sur terre car le chemin est long de l’idée à l’objet même si les produits peuvent paraitre simples au final : il va falloir les dessiner, puis trouver l’usine qui les fabriquera. D’ailleurs, toutes les idées n’aboutissent pas. Seulement une sur dix, estime Yves qui reconnait être parfois aveuglé par son enthousiasme quand surgit l’une d’entre elles. Fort heureusement, ses amis sont là pour le faire atterrir car on aurait tort de se croire à tous les coups génial quand d’autres ont découvert des vaccins ou des solutions pour préserver l’environnement. « Mon objectif reste de me rendre utile et de rendre service aux gens », nous glisse Yves que les difficultés de distribution de ses produits ont rendu modeste. La pierre philosophale comme ultime (ré-)invention ?

Cliquez ici pour accéder au site internet d’Yves André dit Gallas.

Lucas Gurgui : « Le vin, ça bouge énormément »

Lucas, Karoll et Robin, associés de « Volatiles »

Une nouvelle cave à vin indépendante dont le nom n’a pas manqué d’intriguer les habitants et passants du Quartier Pernety s’est installée courant novembre 2021 au 182 de la rue du Château. Mais qui sont donc ces drôles d’oiseaux de Volatiles ? Nous avons rencontré Lucas Gurgui, le gérant de cette nouvelle enseigne qui contribue à embellir et donner de la vie à l’une des artères principales de notre barrio, et nous n’avons pas été déçus du voyage. Accourrez chez Volatiles, il n’y a que quelques centaines de mètres à peine à vol d’oiseau !

Le fruit d’une histoire familiale née autour de la passion du vin

Lucas Gurgui n’est pas exactement le tout venant du caviste. Qui se plaindrait de voir notre Quartier poussé vers le haut ? A quelques pas de L’Assiette, le restaurant où le Président Mitterrand avait ses habitudes, il a, avec son frère Robin et sa cousine Karoll, créé un nouvel endroit où peuvent se retrouver les amateurs de vins de qualité. Sa cave est en fait un projet annexe à un projet familial plus global visant à développer une nouvelle offre hôtelière rue Mallar dans le 7ème arrondissement de Paris. A l’âge de 30 ans, Lucas qui a déjà fait le tour du métier de chef-comptable dans le secteur automobile veut « retourner sur le terrain » au contact de la clientèle. Puisqu’il partage depuis toujours avec son frère Robin la passion du vin, il suit les formations intensives et diplômantes délivrées par l’Académie des Vins et Spiritueux et décroche les trois niveaux de qualification WSET (Wine and Spirit Education Trust). Robin est déjà pour sa part un directeur de salle et un sommelier reconnu du restaurant Le Mermoz dans le 8ème arrondissement de Paris. Tous deux vont saisir l’opportunité qui s’offre à eux d’ouvrir une cave à vin indépendante rue du Château dans le 14ème arrondissement de Paris. Elle sera baptisée Volatiles à la fois pour faire écho au projet familial de boutique-hôtel développé autour du concept des oiseaux et comme un clin d’oeil ironique (et un peu risqué…) à la notion d’acidité volatile des vins. Les deux frères ont le sens de l’humour, ils savent de quoi ils parlent, et ils vont maintenant s’attacher à mettre en valeur les artisans vignerons passionnés et sincères qu’ils connaissent et avec lesquels ils partagent l’amour du très bon vin et du travail bien fait.

Chercheurs de pépites et de perles rares

C’est en effet leur relation particulière avec les vignerons qui détermine le choix des vins qu’ils proposent dans leur toute nouvelle cave. « Robin et moi nous déplaçons assez régulièrement dans les vignobles français pour créer des contacts et regarder comment les artisans travaillent avant de revenir sur Paris notre voiture pleine de bouteilles, nous dit Lucas.  Ce n’est bien sûr pas comme cela que fonctionnent les cavistes franchisés qui n’ont généralement ni le choix de leur sélection ni le privilège de pouvoir se déplacer pour rencontrer les vignerons. Plus que comme de simples vendeurs, nous nous comportons comme de véritables chercheurs de pépites, et c’est bien sûr là notre plus grande valeur ajoutée. » Leurs critères de sélection sont d’ailleurs autant humains que techniques car nos amis cavistes sont convaincus que le vin est à l’image du vigneron : « Quand le courant passe bien avec le vigneron, son vin ne peut que être bon, nous assure Lucas. Nous valorisons la culture biologique, voire naturelle, sans sulfites ajoutés, et sélectionnons exclusivement des vins propres, sans déviance ». La réputation des artisans vignerons se fait par le bouche à oreille sur place et également sur internet. « Nous avons la grande chance de connaître pas mal de monde dans le métier, reconnait Lucas. Du coup, nous sommes souvent guidés par des vignerons plus anciens qui nous recommandent les nouveaux venus qui s’installent. La décision finale se fait bien sûr sur la base de notre propre appréciation de leurs méthodes de travail et de la qualité des vins qu’ils produisent. »

Un métier en perpétuel mouvement

Lucas apprécie entre tout d’aller à la découverte de nouveaux artisans vignerons et de nouveaux vins pour ensuite venir les proposer à sa clientèle dans sa pimpante nouvelle boutique du 182 rue du Château. « Le vin, ça bouge énormément, nous apprend-il. On est de moins en moins sur les appellations traditionnelles de grands châteaux et il y a beaucoup de nouveaux vignerons qui font évoluer les choses en cassant un peu les codes et en sortant des appellations pour ne pas être contraints par un cahier des charges ou par un comité de dégustation. Alors même qu’ils rentrent par leurs vignes dans les ares d’appellation, certains décident de travailler autrement et mieux que ceux qui restent dans les appellations. Et ça marche très bien ! ». Révolution de château(x) pour palais avertis ? Lucas se garde bien d’insulter la tradition : « J’ai bien sûr grandi avec le conventionnel et heureusement que les appellations demeurent pour continuer à servir de références en tant que marqueurs de goût. Mais ce qui peut être amusant quand on commence à boire de façon régulière, c’est de vouloir essayer autre chose et de sortir de Cairanne, de Croze Hermitage ou de Castillon Côtes de Bordeaux, pour aller sur d’autres vins de France, du Bugey ou du Jura ou sur d’autres choses encore qui commencent à bien bouger ». Pour convaincre les curieux, Lucas organise à la cave tous les quinze jours des dégustations qui pourront éventuellement avoir lieu en présence du vigneron producteur. Vous y serez très bien accueillis et très bien guidés pour vous aider à choisir parmi toute une gamme de vins dont les prix varient entre huit euros la bouteille jusqu’à deux cent euros pour les crus plus exceptionnels – avec toujours la certitude de pouvoir bénéficier de conseils avisés pour éviter de vous faire plumer comme des volatiles !

Cliquer ici pour accéder au site internet de Volatiles.

Alain Vlad, un professeur à l’école de la rue

Alain Vlad et Béatrice Giudicelli à la terrasse de « L’Imprévu »

Dans un célèbre livre autobiographique paru en 1933 et intitulé Dans la dèche à Paris et à Londres, George Orwell décrit de façon poignante ce qu’est la pauvreté : exploitation au travail, alcool, maladies précoces et faim presque permanente. Alain Vlad a également connu la dèche à Paris et, ces deux dernières années, à Paris XIVème. Il s’en sort aujourd’hui grâce à la générosité de Quatorziens qui l’ont pris sous leur aile. Rencontre place Flora Tristan à la terrasse du café L’Imprévu.

Besoin d’ailleurs et d’autre chose

La dèche ne fait pas toujours perdre le respect de soi-même et des autres. A notre approche, Alain se lève de la table de L’Imprévu qu’il partage avec Béatrice Giudicelli. Ce migrant d’origine roumaine n’a en réalité jamais cessé de faire des efforts pour se faire bien accepter de son pays d’accueil. D’ailleurs, son vrai prénom est Alin et non Alain. S’il l’a francisé, c’est moins pour complaire à Eric Zemmour que par souci de simplicité, pour éviter les confusions. Alain nous raconte comment il a quitté son poste de professeur de physique-chimie qu’il occupait dans sa Roumanie natale, dix ans après la chute du tyran communiste Ceaușescu et presque dix ans avant l’adhésion de son pays d’origine à l’Union Européenne. C’est l’Angleterre d’avant le Brexit qu’il avait à l’époque en vue pour y réaliser ses rêves d’ailleurs et d’autre chose loin de la bureaucratie et de la corruption qui sévissaient alors en République roumaine. Mais la perspective de mourir asphyxié au dessus des roues d’un camion en partance pour « l’Eldorado » britannique l’a sagement fait reculer. Il se réfugie finalement en France où il travaille dans le bâtiment à la conduite de chantiers ou bien pour assister les architectes dans la finalisation de leurs plans. Les conditions très précaires dans lesquelles il travaille ne lui permettent pourtant pas de mener grand train. En proie à des difficultés financières, il se brouille avec la parentèle qui l’héberge à Paris et choisit la rue pour décor de la suite de ses aventures. C’est la plongée plus ou moins volontaire dans la dèche qu’Alain va d’abord expérimenter pendant plusieurs années rue des Barres entre l’Hôtel de Ville, l’église Saint-Gervais et la Mairie du IVème.« Là-bas, tout le monde me connaissait même le Maire Ariel Weil avec lequel j’ai sympathisé, se remémore Alain. Je faisais du soutien scolaire pour les collégiens dont je surveillais les devoirs. J’ai même inspiré une exposition de dessins et d’aquarelles réalisés par une peintre et qui m’ont eux-mêmes inspiré des haikus. Nous exposions nos oeuvres devant les arbres du jardin à côté. »

La dèche à Paris XIVème : Alain devant le « Café Chineur » rue Raymond-Losserand en mai 2021 (crédit photo Alain Gorich/Figures du XIVème arr.)

Un contemplatif amoureux des livres

C’est dans le XIVème arrondissement de Paris qu’Alain trouve finalement ses repères. Il y est tout aussi populaire et y détonne tout autant que dans le centre de Paris. En plus d’être une épicerie-bazar ouverte de jour comme de nuit (car notre ami roumain pratique assidûment le partage et la redistribution avec ses compagnons d’infortune), Alain est également une véritable bibliothèque ambulante. Il traine en effet avec lui en permanence et depuis des années tout un carton de livres.« C’est grâce aux livres que j’ai pu apprendre le français en deux ans, se souvient-il. Grâce aussi, c’est vrai, à la télé et aux films sous-titrés de la chaîne Arte ». Plutôt que de mendier, Alain lit toute la journée. Il lit absolument tous les livres exceptés les livres politiques. Occuper son esprit est pour lui une question de dignité au même titre que rester propre ou prendre soin de son habillement. « Les habitants du quartier sont souvent interloqués car lorsque je lis, je passe régulièrement « en mode réflexion » et je regarde droit devant moi dans le vide. Visiblement, ça les interpelle et il me laisse parfois de l’argent », témoigne celui qui ne concourt pourtant pas dans la catégorie des maîtres zen. Ce comportement atypique – et, il faut bien le dire, reposant pour les passants – n’a pas manqué de le rendre sympathique aux Quatorziens. Le bienveillant bouche à oreille dont il bénéficie a eu tôt fait de susciter la curiosité de Béatrice Giudicelli qui a décidé en mai 2021 de lui consacrer un nouvel opus de Figures du XIVème, la série d’entretiens filmés et dessinés de figures inspirantes de l’arrondissement qu’elle réalise depuis plusieurs années avec ses complices France Dumas et Alain Goric’h. Le reportage intitulé Tourner la page va susciter un mouvement de solidarité locale qui a aujourd’hui pour heureux résultat de lui faire enfin bénéficier d’un toit rue de Gergovie à quelques dizaines de mètres seulement de son repaire de la rue d’Alésia. Petit à petit, l’oiseau fait son nid et prépare même aujourd’hui son envol professionnel car, fort de son important background scientifique de physicien, Alain espère vivement retrouver du travail dans le secteur de l’énergie. Le projet qu’il a en tête reste toutefois à ce jour top secret !