Les toutous de Pernety se rebiffent !

Camille et Rita, fondatrices du groupe des “toutous du quartier”

“Tout, tout, tout, vous saurez tout sur les toutous !” Il fallait nécessairement un complément au dernier reportage de Télé 14 intitulé Les toutous du quartier font de la résistance (cliquez ici) qui, depuis cet après-midi, fait la une de l’actualité dans le 14ème arrondissement de Paris. Nous avons rencontré à la terrasse du bar-restaurant L’Imprévu Camille qui a fondé avec Rita, sa petite Chihuahua, le groupe des Toutous du quartier destiné à créer du lien social entre les habitant(e)s du village Pernety propriétaires de chiens. Il s’agit concrètement de permettre à tous et à toutes de se retrouver autour de nos amis à quatre pattes et de partager des conseils et des bons plans pour rendre leur vie plus agréable. Rien de scandaleux a priori ! C’était sans compter sur le zèle de la police municipale du 14ème…

Le mauvais plan des squares interdits aux chiens

Nous promettons de ne pas lui prendre plus d’un quart d’heure de son temps car Camille est très occupée. Elle s’apprête à reprendre la boutique Chez Victor qui est située à l’angle de la rue Pernety et de la rue de l’Ouest et qui réouvrira, si tout se passe bien, avant la fin du mois. Cette native du 14ème arrondissement est très attachée au Quartier Pernety dont elle se désole de constater la dégradation actuelle des conditions de vie des habitants. C’est précisément pour contribuer au mieux-vivre ensemble qu’elle a créé il y a tout juste deux ans, au moment du second confinement, le groupe des Toutous du Quartier : “Lorsque j’ai eu Rita ma petite chienne et que j’ai commencé à la promener, j’ai rencontré d’autres propriétaires de chiot avec lesquels j’ai souhaité rester en contact pour permettre son éveil et sa nécessaire sociabilisation, se rappelle Camille. Mais le groupe que j’ai créé a aussi permis aux propriétaires de chien de ne pas rester isolés pendant le confinement. C’est d’ailleurs assez incroyable de voir le nombre de personnes que j’ai pu rencontrer de cette manière – surtout des femmes sans enfant, ce qui témoigne d’une nouvelle façon d’envisager la vie en dehors de la famille nucléaire classique. Nous sommes aujourd’hui au total 47 membres du groupe qui échangeons des renseignements sur la santé de nos petits protégés ou sur comment trouver un bon vétérinaire dans le Quartier !” Camille découvre à cette occasion à quel point les chiens sont vecteurs de lien social. Les propriétaires de toutous prennent l’habitude de se réunir au square Alberto Giacometti qui fait l’angle de la rue Didot et de la rue des Thermopyles ou bien dans le petit jardin public de la ZAC Didot qui jouxte la Place de la Garenne. Dans ces deux endroits interdits aux chiens, ils jouent au chat et à la souris avec les employés municipaux : “Nous avons fini par bien les connaître, témoigne Camille. Souvent ils se contentent de nous dire que nous n’avons pas le droit d’être là sans nous verbaliser. Ils nous tolèrent et nous les respectons en retour”.

Quatre membres de l’équipe des “Toutous du quartier”

Rupture d’égalité

Patatras ! Cette fragile complicité n’a plus été de mise samedi matin dernier dans le square Alberto Giacometti quand une poignée de policiers municipaux est venue verbaliser les gentils membres des Toutous du Quartier. Camille n’était pas présente sur les lieux mais fait entièrement confiance à Olivia qui a raconté la scène : “Les policiers nous ont dit qu’ils étaient chargés d’éradiquer les toutous des squares sur ordre de la Mairie et de Madame la Maire du 14ème, ce qui n’a pas manqué de me faire sortir de mes gonds”. La chargée de communication de l’association Vivre Plaisance ose en effet rétorquer aux policiers qu’ils seraient sans doute mieux inspirés de pourchasser les dealers et ceux qui occupent le square en y laissant chaque jour leurs détritus. “Je pense que les propriétaires de chien respectent plus les parcs et jardins publics que beaucoup de gens, abonde Camille. Et malheureusement, c’est nous qui sommes hors-la-loi ! C’est vraiment triste parce qu’il y a même des gens qui viennent avec leurs enfants pour leur permettre de jouer avec nos toutous. On peut bien sûr comprendre que les jardins publics soient interdits aux chiens dans la mesure où beaucoup de leurs maitres ne respectent pas en France les règles de propreté et d’hygiène indispensables. Mais on peut sans aucun doute travailler sur ces comportements comme j’ai pu le conster à Barcelone où aucune déjection canine ne pollue les rues et les parcs dans lesquels les chiens sont naturellement admis.” Le respect des lois et des autres est sans doute la clef du problème qui dépasse largement les critiques que l’on peut adresser à telle ou telle municipalité. Pour autant, les Toutous du Quartier ne comptent aucunement désarmer et travaillent activement à la préparation d’un voeu qui sera soumis au Conseil d’Arrondissement de Paris 14ème et qui vise à autoriser l’accès aux squares des chiens restés sous le contrôle direct de leur maître. “Un bon chien vaut mieux que deux kilos de rats”, aimait à rappeler Boris Vian…
Un toutou qui se tient droit !

3 thoughts on “Les toutous de Pernety se rebiffent !”

  1. Toujours aussi fin! Merci Yann
    Ps: les squares où s’ébattent les chiens deviennent vite sans herbe… la solution n’est pas le square Giacometti… mais un square réservé aux chiens et à leurs maîtres. Peut-être celui de la rue Olivier Noyer. Je
    sais: il y a des dealers , mais si la
    Police municipale passe régulièrement pour verbaliser les chiens… Il y aura moins de dealers. CQFD

    1. Malheureusement non car ils ne peuvent pas courir ni se rouler dans l’herbe.
      D’ailleurs, les toutous n’abîment pas l’herbe.

    2. Qui plus est, les chiens des non-voyants sont plus heureux dans l’herbe avec nos toutous.
      Ecoutez bien la vidéo ainsi que l’article si justement écrit par Yann.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *