Un Coin de Ciel pour préserver l’âme du Quartier Pernety

A un léger angle de rue, à deux pas du jardin des Thermopyles, s’est ouvert par la grâce de Guillemette Chénieux un nouveau Coin de Ciel dans le Quartier Pernety. L’atelier-galerie du 21 rue Boyer-Barret est un endroit hybride en phase avec l’esprit créatif de notre arrondissement, mais également soucieux d’en préserver l’âme associative. Nous en avons rencontré la responsable quelques jours avant le vernissage d’une des nombreuses expositions qui s’y succèdent (*).

La renaissance d’un lieu

Sur la page d’accueil du site d’Un Coin de Ciel (cliquez ici) figurent deux photos de la rue Boyer-Barret qui permettent de mesurer comment le passage des années peut transformer une artère de Paris. Le Coin de Ciel de Guillemette Chénieux est le résultat du réaménagement de deux anciennes boutiques de cette rue devenues vétustes : une boucherie-charcuterie (transformée plus tard en dépôt de livres) et un salon de coiffure de quartier. Lors de sa première visite des lieux, Guillemette tombe sous le charme de l’endroit qui, en plus d’être situé dans un Quartier auquel elle est restée très attachée pour y avoir longtemps vécu et travaillé, correspond bien au projet d’atelier qu’elle a en tête. Les travaux qui restent à réaliser pour lui redonner vie ne font pas peur à celle qui a fait carrière dans de grosses agences d’architecture parisiennes avant d’entamer une seconde vie d’enseignante. Elle va donc complètement le réhabiliter en en faisant un nouveau local spacieux et ouvert à la lumière, destiné à la promotion d’activités artistiques ou centrées sur le développement personnel et le mieux-être. Coin de Ciel est en effet tout à la fois un atelier et une galerie. « Mon envie est de perpétuer autant que faire se peut le côté polyvalent et hybride de ce lieu », nous dit Guillemette. Les amies avec lesquelles elle l’anime sont toutes passionnées par la transmission de leur discipline et de leur expérience : initiation artistique pour les enfants ; gymnastique holistique, yoga, sophrologie et ateliers d’écriture pour les adultes. La diversité des enseignements qui y sont dispensés oblige à conserver l’espace propre et dépouillé, à même d’accueillir des groupes d’une dizaine de personnes occupés à différents types d’activités. Et c’est tout le talent de Guillemette, architecte DPLG et titulaire d’un troisième cycle de scénographie, d’avoir su en optimiser le design pour offrir aux différents intervenants dont elle promeut les activités le cadre idéal à l’épanouissement de leur talents personnels respectifs. « Lorsqu’il fait beau, il se passe aussi des choses sur le trottoir, ajoute Guillemette. J’ai obtenu un permis de végétaliser de la Mairie du 14ème pour deux jardinières, et Madame la Maire nous a également permis de disposer des petites tables et chaises pour offrir le thé ou le café au moment des vernissages ».

L’intuition comme guide

Car, en plus d’être un atelier, Coin de Ciel est aussi une galerie et s’affirme de plus en plus en tant que telle. L’activité exposition qui a pris de l’ampleur depuis le printemps dernier n’offre plus aucun créneau de libre avant novembre 2022. Guillemette a tout spécialement créé une structure associative avec une amie pour en assurer la bonne gestion. Elle choisit elle-même les artistes dont elle expose les oeuvres en prenant contact avec eux après les avoir suivis quelque temps sur Instagram ou bien après avoir été sollicitée par ceux qui ont eu vent de l’existence de l’atelier-galerie grâce au bouche à oreille ou sur les réseaux sociaux. « Pour le moment, je fais mon choix sans aucun a priori et en suivant ma seule intuition, nous indique Guillemette. Certains visiteurs réguliers me disent que ma personnalité se révèle à travers mes choix, mais je n’ai pour l’instant absolument pas conscience de ce qui s’en dessine en filigrane car je n’ai aucunement essayé de l’analyser. Je peux en réalité aussi bien être touchée par des peintures abstraites que par des choses très figuratives. Mais c’est également souvent lié aux personnes qui exposent car je n’imagine pas exposer quelqu’un avec qui je ne m’entends pas. Il y a en fait une adéquation entre ce que font les artistes, leur personnalité et la mienne, et très souvent les artistes exposants deviennent des amis. » La démarche de Guillemette est bien plus personnelle que commerciale. « Si je voulais faire de l’argent, je m’y prendrais tout autrement », nous assure-t-elle. L’objectif de la fondatrice de l’association Coin de Ciel est plutôt de faire connaître les oeuvres d’artistes émergents dont la sensibilité épouse la sienne. L’alchimie ainsi créée aboutit à faire de l’atelier-galerie un endroit original et chaleureux qui accueille également ponctuellement certains petits évènements comme des marchés de créateurs, des concerts, ou encore des Nuits de la lecture. Allez absolument à la découverte de Coin de Ciel avant qu’il ne vous tombe sur la tête !

(*) Exposition Lili Lambert du 8 au 20 février 2022.

Cliquez ici pour accéder au site d’Un Coin de Ciel et ici pour accéder à sa page Facebook.

Une réflexion sur « Un Coin de Ciel pour préserver l’âme du Quartier Pernety »

  1. Bravo Yann pour cet article sur un lieu qui pourrait resté facilement inconnu tant cette rue est peu passante ! Je vais aller y faire un tour ! Amicalement Béatrice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.