Yves André dit Gallas, le Trouvetou du quotidien

Comment trouver une bonne idée d’article ? Fort heureusement, nous bénéficions aujourd’hui de l’aide de quelques anges gardiens, parrains ou marraines du Quartier, pour nous guider vers les plus sympathiques et atypiques personnages qui le peuplent. Ainsi avons-nous été mis sur la piste d’Yves André dit Gallas, un créateur d’objets de la vie quotidienne qui a déjà eu les honneurs de nombreux médias télé à raison des inventions auxquelles il a su donner corps. Rencontre au bar-restaurant Le Laurier.

La première lumineuse idée de la Tour Eiffel

Adolescent, Yves était fasciné par les jeux de lumière. C’est cette passion qui a mené ce Versaillais tout juste diplômé en électro-technique à pousser un jour la porte du Casino de Paris pour proposer ses services comme éclairagiste de music hall. Pendant trois ans, il va apporter sa note personnelle aux revues menées par Line Renaud en caressant les corps des danseuses nues de ses effets de lumière. Dissuadé de persévérer dans cette voie par son entourage familial, il fera finalement carrière comme spécialiste de l’environnement informatique chez Bull, puis Digital Equipment Corporation devenu par la suite HP. En 2000, Yves saisit l’offre de départ qui lui est faite pour devenir un court instant importateur de produits québécois. Une nuit de 2001, alors qu’il contemple la Tour Eiffel qui scintille, surgit soudainement l’idée du créateur : un pins lumineux représentant la Dame de fer. Yves va le faire fabriquer en grande quantité en Chine grâce à une chinoise rencontrée par l’intermédiaire d’amis hong-kongais. « J’ai vraiment cru à mon produit, se rappelle-t-il. C’était un beau produit, un pins en forme de Tour Eiffel qui scintille grâce à un système de Micro-LED, que je proposais à un prix acceptable et que j’ai présenté dans un premier temps sans succès aux boutiques de la Tour Eiffel – les Relais H du Groupe Lagardère –  jusqu’à ce qu’une dame chargée de la gestion de ces boutiques y croit elle aussi et décide de lui donner une chance ». Belle intuition car le succès est au rendez-vous auprès des touristes aussi bien dans les boutiques de la Tour Eiffel que dans les magasins de souvenirs parisiens qu’Yves prend soin de soigneusement sélectionner en décidant de n’en alimenter qu’un seul par zone touristique. La gérante de la boutique de la rue Mouffetard lui présente l’adjointe chargée du tourisme du Maire de Paris Bertrand Delanoë, qui tombe littéralement amoureuse du produit et lui fait faire le tour du monde à l’occasion de la préparation de la candidature de la Ville de Paris aux Jeux Olympiques de 2012. De quoi alimenter la production de pins pendant trois ou quatre ans jusqu’à ce qu’Yves se fasse « voler son idée » par des concurrents chinois qui décident de la répliquer en produisant un modèle bas de gamme et bon marché qui sera largement diffusé dans les boutiques de souvenirs parisiennes, y compris dans celles auxquelles l’inventeur avait donné l’exclusivité de la distribution de sa création. Se sentant trahi, Yves prend alors la décision d’arrêter la production de pins et ne reviendra pas sur celle-ci lorsque, comme prévisible, les ventes du produit chinois s’effondreront quelques mois après son lancement.

ClipHop et TopCan

Toucher le fond du trou financier au moment de la crise de 2007-2008 ne décourage nullement notre inventeur qui va repartir de l’avant avec des idées de nouvelles inventions. D’où lui viennent-elles ? « Ce sont juste des situations et des circonstances qui font que, nous révèle Yves. J’ai inventé Top Can, mon bouchon pour canette, parce qu’un jour j’ai renversé ma canette par terre. Quand à ClipHop, mon système de fermeture pour sachets, je l’ai inventé pour résoudre une problématique du quotidien : trouver autre chose qu’une épingle à linge ou bien des élastiques pour refermer les sachets d’aliments. Ce sont en fait des problématiques toutes simples que je veux régler par moi-même. Après, je fonctionne aussi par association d’idées. Pour le système à crémaillère de ClipHop, j’ai trouvé mon inspiration dans une paire de menottes que m’a offert un ami policier pour mon anniversaire. J’ai trouvé ça rigolo ! » Les inventions d’Yves répondent le plus souvent à un besoin de la vie courante, et c’est ce qui le rend si sympathique à ses clients-acheteurs qu’il rencontre sur les foires dont celle de Paris qui abrite le concours Lépine dont il a remporté la médaille d’or en 2015 dans la catégorie des produits du quotidien. C’est un véritable spectacle de voir l’inventeur et fils de maraîchers se démener dans son stand de quatre mètres carrés tout à la fois à l’assaut et à l’écoute de ses clients qui ne manquent pas de lui faire des retours sur ses produits dont il va se servir pour les faire évoluer en permanence. « J’ai toujours adoré le contact avec les gens, que je retrouve quand je fais mes foires, nous explique Yves. Et je crois que les gens ressentent le plaisir que j’éprouve à faire mes trois cent démonstrations par jour car je ne lâche absolument rien. Ils me félicitent pour mes produits et sont tous très contents du spectacle que je leur offre car je les y fais participer. Quand on fait participer les gens, le chemin de la vente est déjà à moitié fait. D’autant que je suis personnellement incapable de vendre un produit que les gens ne vont pas utiliser : je tiens absolument à ce qu’ils sachent l’utiliser et à ce qu’ils l’utilisent ». A la fois créateur et showman, Yves exprime son identité étouffée d’artiste à travers ses inventions et leur diffusion dans le public. « Les inventeurs ont un pied dans le système et un pied hors du système, considère-t-il. Nous sommes tous un peu rêveurs, nous sommes tous un peu des marginaux quand même ». Il convient néanmoins de garder les pieds sur terre car le chemin est long de l’idée à l’objet même si les produits peuvent paraitre simples au final : il va falloir les dessiner, puis trouver l’usine qui les fabriquera. D’ailleurs, toutes les idées n’aboutissent pas. Seulement une sur dix, estime Yves qui reconnait être parfois aveuglé par son enthousiasme quand surgit l’une d’entre elles. Fort heureusement, ses amis sont là pour le faire atterrir car on aurait tort de se croire à tous les coups génial quand d’autres ont découvert des vaccins ou des solutions pour préserver l’environnement. « Mon objectif reste de me rendre utile et de rendre service aux gens », nous glisse Yves que les difficultés de distribution de ses produits ont rendu modeste. La pierre philosophale comme ultime (ré-)invention ?

Cliquez ici pour accéder au site internet d’Yves André dit Gallas.

Une réflexion sur « Yves André dit Gallas, le Trouvetou du quotidien »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.