Hafid Aboulahyane, en crabe vers le 14ème arrondissement

Hafid Aboulahyane, un acteur-réalisateur qui a mangé du lion !, Place Denfert Rochereau (photo YB)

Le plus court chemin n’est pas toujours la ligne droite. Hafid Aboulahyane, le réalisateur et acteur principal du court métrage La marche des crabes, n’a aujourd’hui qu’une idée en tête : revenir habiter dans notre arrondissement de cinéma où il a déjà vécu entre 2010 et 2020. Nous l’avons rencontré à l’Osmoz Café, notre bar-restaurant et café-concert fétiche de la rue de l’Ouest pour faire le point sur son parcours et pour qu’il nous explique pourquoi il est resté si attaché au 14ème arrondissement.

Acteur, scénariste, réalisateur, producteur et… écrivain !

Après avoir grandi dans la cité des Ulis dans l’Essonne, Hafid Aboulahyane, également connu sous le nom de scène de Hafidgood, fait sa première incursion dans le monde du cinéma en 1995 en interprétant le rôle d’un élève de Gérard Depardieu dans le formidable film de Gérard Lauzier intitulé Le Plus Beau Métier du monde. Il tient par la suite quelques rôles mineurs dans le cinéma et la télévision (Navarro, Quai n° 1) où il occupe le plus souvent des emplois de « racaille ». Les propositions de rôles se faisant de plus en plus rares, il change son fusil d’épaule et devient scénariste. Son sujet (son rêve secret ?) : la candidature aux élections législatives d’un jeune de la cité ! Un très sympathique court métrage réalisé sur ce thème par Guy Bardin et intitulé Les temps changent sort en 2004 (cliquez ici). Hafid finit par créer sa propre société de production en 2005 qu’il baptisera Hafidgood Productions et dont l’objet est de « produire des courts métrages et des documentaires de jeunes talents issus de la banlieue ». Son premier film produit est un court métrage très abouti intitulé Le poids du silence (2005) réalisé par David Benmussa et dont il est le scénariste et acteur aux côtés de Jacques Weber (cliquez ici). Sortiront par la suite plusieurs autres courts métrages auxquels Hafid participera en tant qu’acteur, scénariste, réalisateur ou producteur, notamment La marche des crabes (2009) qui raconte l’histoire d’amour de Sammy, un jeune paraplégique qui rencontre la belle Sarah au cours d’un mariage. Le film fera partie des sélections officielles de plusieurs festivals cinématographiques français et internationaux. Après ce court métrage au titre prémonitoire, Hafid fait un nouveau pas de côté et se métamorphose en écrivain. A l’origine du roman intitulé 31 février qui va sortir chez Plon en 2014, il y a le scénario d’un long métrage sur lequel il travaille et qui raconte l’histoire de trois pieds nickelés désireux de s’enrichir dans l’immobilier au Maroc. Un producteur en vue s’y intéresse quelque temps et en rachète les droits avant de finalement annoncer à Hafid qu’il renonce au projet au motif qu’il ne bénéficie pas d’une notoriété cinématographique suffisante et qu’il n’est pas fait pour la comédie (!). « Ce projet qui m’a pris dix ans de ma vie m’a soudainement filé entre les doigts », se rappelle-t-il un brin amer. Il faut croire que notre scénariste n’a pas encore tous ses quartiers de noblesse pour pouvoir prétendre réaliser un film important dans le milieu très endogamique du cinéma… Mais il en fallait bien plus pour le décourager puisqu’il prépare aujourd’hui un nouveau projet de comédie en court métrage s’intitulant Un monde meilleur qui raconte l’histoire d’un couple mixte attendant un premier enfant qui n’est pas très enthousiaste à l’idée de faire ses premiers pas dans la vie. Figurent à l’affiche quelques acteurs connus dont Hafid ne nous dévoilera toutefois pas les noms. « C’est un préachat France 2 dont je suis très fier qu’il soit produit par Franck Carle qui dirige La Terre Tourne et qui a des convictions écologistes très affirmées », nous révèle Hafid. J’aimerais aussi à l’avenir, en plus de réaliser un premier long métrage, essayer de faire des choses dans le 14ème arrondissement de Paris. Je souhaiterais tout particulièrement monter une sorte de café associatif qui relierait les artistes et aussi les personnes âgées puisque c’est devenu l’une de mes préoccupations principales depuis un drame que j’ai vécu dans ma vie personnelle ».

Réinvestir le 14ème artistique et social

Si les contraintes de la vie professionnelle nous amènent à faire des pas de côté pour continuer à avancer sur notre chemin de connaissance, on peut aussi marcher en crabe dans sa vie personnelle – par exemple en changeant de domicile. Hafidgood a quitté le 14ème arrondissement en 2020 après y avoir vécu pendant dix ans. Pourtant, ce ne sont pas les mêmes « vibes » qu’il ressent à Ménilmontant où il a emménagé. « Je pensais que j’allais m’épanouir dans le 20ème car Ménilmontant est également un quartier sympathique et vivant, mais je me suis rendu compte que je ne suis plus dans le tempo de ce rythme là, nous confie le réalisateur. Sans doute parce que j’ai pris un peu d’âge et que cela m’a amené à faire quelques bilans personnels, je lui préfère le côté discret, tranquille et villageois du 14ème qui agit aujourd’hui sur moi comme un aimant. Je suis véritablement tombé amoureux de cet arrondissement qui a une très forte identité artistique et une véritable tradition de cinéma. J’ai plein de connexions ici : des réalisateurs mais également plein d’autres artistes, notamment des peintres qui m’ont ouvert les portes de leur atelier. Je suis en train de tout faire pour essayer de revenir car je kiffe énormément le Quartier Pernety, la rue de la Gaîté, la rue Daguerre, la rue Didot, etc. Je m’y sens complètement dans mon élément et je voudrais m’y investir pour m’y rendre utile à quelque chose ». Hafid se souvient avec nostalgie de son arrivée il y a 12 ans rue Bardinet dans l’arrondissement de Brassens et de tant d’autres immenses artistes. Il est aujourd’hui persuadé qu’il ne quittera plus cet arrondissement de Paris une fois qu’il y sera revenu et qu’il y finira ses vieux jours. « J’ai vraiment le feeling avec le 14ème que j’ai sillonné de long en large et j’ai envie d’y faire des tas de choses aussi bien au niveau artistique qu’au niveau social qui sont deux niveaux que j’ai envie de mêler étroitement – avec également un angle particulier sur les personnes âgées, poursuit avec enthousiasme Hafid. J’ai pour projet précis de créer une association qui dénonce et combat le harcèlement moral au travail au travers d’ateliers artistiques d’improvisation, de vidéo et de cinéma, en faisant intervenir des gens qui raconteraient leurs expériences personnelles ». Nous ne doutons pas que notre très sympathique Quatorzien de coeur saura se faire accepter et coopter dans l’arrondissement inclusif en diable de Mme la Maire Carine Petit !

2 réflexions au sujet de « Hafid Aboulahyane, en crabe vers le 14ème arrondissement »

  1. Merci pour cet article, on gagne à découvrir des parcours enrichissants tout en se projetant toujours dans notre quartier adoré!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.